bienvenue sur la tribu

réchaufement climatique

 
 

 

Les pôles : ces régions sauvages bientôt souillées

Raldi Somers - Fotolia.com« les températures moyennes de la péninsule antarctique ont augmenté de 2,5°C au cours des 50 dernières années »Le devenir des pôles se décide en ce moment aux Etats-Unis, à Baltimore. Présidée par Hillary Clinton, cette première réunion diplomatique consacrée aux deux pôles durera une semaine. Au programme : revendications territoriales concernant les fonds marins de l’Arctique et préservation de l’environnement dans l’Antarctique. Constat : le réchauffement climatique entraîne la fonte des glaces. Illustration : les températures moyennes de la péninsule antarctique ont augmenté de 2,5°C au cours des 50 dernières années. Conséquence : de nouvelles voies maritimes apparaissent, signe de possibles opportunités économiques. Mais la naissance d’un nouvel eldorado n’est pas sans attiser les convoitises des pays riverains de l’Arctique. Les Etats-Unis, la Russie, la Norvège, la Canada et le Danemark « se disputent » le territoire. Non seulement concernant les nouvelles opportunités économiques induites mais aussi à propos des gisements importants de gaz et de pétrole. Pétrole et gaz suscitent les convoitises L’extraction et la jouissance de ces nouveaux puits n’accroîtront-ils pas le phénomène du réchauffement climatique ? Profiter de l’impact du dérèglement climatique pour l’accentuer…incohérence, irresponsabilité, hypocrisie ! Rappelons tout de même que la stratégie de Barack Obama diffère totalement de celle de son prédécesseur et qu’il s’est engagé activement sur le front de la lutte contre le réchauffement de la planète. Hillary Clinton l’a tout de même concédé : « le réchauffement climatique ouvre la possibilité d’une nouvelle exploration énergétique qui aura bien sûr un impact supplémentaire sur l’environnement ». Le jeu en vaut-il la chandelle maintenant que moult engagements ont été pris en faveur du développement durable ? Ces réserves inexplorées correspondraient, selon des estimations scientifiques, à 13 % du pétrole, 20 % du gaz liquide et 30 % du gaz naturel non découverts. Ces estimations substantielles favorisent donc les inimitiés. La Russie, qui a planté son drapeau sous le pôle Nord en 2007, a annoncé son intention de militariser l’Arctique pour y protéger ses intérêts. Le Canada, pour sa part, cherche à étendre de 200 miles son contrôle sur les eaux arctiques. Lesquelles eaux sont considérées comme internationales par de nombreux autres pays. L’Antarctique se fragilise

 

      Réchauffement climatique : la plaque Wilkins s’est détachée de l’Antarctique

 

 

La façon dont la glace s'est brisée est stupéfiante.

Voici deux jours encore, elle était intacte

 

 

 

 

 

 

 

Les effets du réchauffement climatiques sont particulièrement ressentis et visibles aux pôles. Le 3 avril dernier, l’Agence spatiale européenne (ESA) et la DLR (Agence spatiale allemande) ont rendu public des clichés satellite de la péninsule Antarctique montrant le début d'un processus de dislocation de la plate-forme Wilkins. Le 4, la plaque n’était plus reliée au continent.

La dislocation de la plaque de glace « augure probablement d'un effondrement plus important, lié au réchauffement du climat de la planète », a déclaré le glaciologue David Vaughan. La photo satellite montre qu'un pont de glace de 40 km de long, qui maintenait en place la plaque Wilkins, s'est brisé à son point le plus étroit, là où il ne mesurait que 500 mètres de large. « La façon dont la glace s'est brisée est stupéfiante. Voici deux jours encore, elle était intacte ». Selon l’ONU, la dislocation de plaque dans l'Antarctique risque de menacer la stabilité des glaciers qui l'alimentent.

« Ce à quoi nous nous attendons désormais, dans les prochains jours, voire les prochaines semaines, c'est à une perte de superficie de la plaque Wilkins de 800 km2 dans le meilleur des cas et de 3 700 km2 dans le pire », explique Angelika Humbert, glaciologue à l'Institut de géophysique de l'Université de Münster. Cette grande plaque de glace est en partie tenue en équilibre grâce à un pont de glace flottant entre l'île Latady et l'île Charcot. Cette dernière « va devenir pour la première fois dans l'histoire une véritable île, libre de glace à certains moments », a expliqué David Vaughan.

Un phénomène de plus en plus rapide

 

 

Cet événement ne surprend pas réellement les scientifiques selon qui il s'inscrit « dans la continuité de ce qu'on observe depuis plusieurs années, avec notamment les ruptures intervenues en 1995 et 2002 des plates-formes de glace Larsen A et B ». En revanche, la rapidité avec laquelle cela se produit est inquiétant. Selon le Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE), « l'effondrement du pont reliant la plaque glaciaire de Wilkins ne devrait pas avoir de conséquence directe sur le niveau de la mer et son élévation ».

Si l’augmentation du niveau de la mer n’est pas un sujet de préoccupation pour le moment, l’effondrement du pont de glace reliant la plaque Wilkins à l'Antarctique va entrainer « une expansion de la surface de mer qui absorbera ainsi une partie plus importante des rayonnements du soleil, et contribuera à l'accélération du réchauffement climatique », a expliqué Christian Lambrechts, responsable de la division Alerte précoce du PNUE.

 

si nous ne faisons rien ,Bientôt on ne verra plus

Avec la fonte de la banquise, l'ours polaire pourrait disparaître avant la fin du siècle

 

Un banc de narvals (Monodon monoceros) nageant au milieu de l'océan Arctique, où la banquise pourrait bientôt disparaître totalement à cause du réchauffement climatique (Nunavut, Canada)

 

Le caribou, autre emblême de l'Arctique, est lui aussi menacé : la naissance des jeunes ne coïncide plus exactement avec le début de la végétation, plus avancée et donc plus dure à assimiler (Groënland)

La fonte du permafrost entraîne inondations, glissements de terrain et lessivage

 

 

 chaussure-riante.jpg

 

Date de dernière mise à jour : 13/01/2013

  • 6 votes. Moyenne 3.67 sur 5.